Étreintes de feu

Tu es loin. Et le feu brûle… Vorace, appliqué… Devant cette obstination rougeoyante, je ne peux m’empêcher de penser à cette proximité-distance qui donne naissance aux flammes. Caressé par un souffle invisible, allumé d’une incroyable étincelle.

Tu es loin. Encore. Et l’écart entre les bois comme un mystère. Juste cet espace loin de l’autre pour brûler soi-même, se consumer tranquillement. Juste l’autre bûche, pas trop loin, juste assez proche pour irriguer de sa chaleur, le bois offert, les braises naissantes.

Tu es loin. Toi aussi. Et ces flammes sensuelles, épaisses, actives, nées de presque rien, de cet éclair incontrôlé, infime, fugace. Elles se glissent entre le bois, fissuré peu à peu. Le bois si solide. Mangé par le feu, magnifié, transformé. Alliage, mariage, complicité, combat … fascinant et troublant.

Tu es loin. Très loin. Et dans le silence du matin, seule la mélodie essoufflée de l’âtre emplit la pièce. Le jour n’est pas encore là, le nuit paresse. Chaque flamme présente et dansante, grignotant le bois offert, me parle. De cette longue distance, de cette absence infusée dans le quotidien, qui ronge et fissure nos liens. Insidieusement, méticuleusement. De ce silence sans étincelles. Qui me brûle.

Tu es loin. Et le feu, affaiblit un instant appelle mes gestes pour bouger une bûche, rassembler les braises, rapprocher les bois éloignés, changer les angles, orienter les parts offertes de chacune, pour brûler mieux… et encore. Gestes interdits avec toi, chacun de toi. Caresses, corps à corps, baiser, étreintes… Va-t-on en oublier jusqu’aux mots ?

Tu es loin. Et un bruit trouble le matin. Une bûche s’écroule. Plus de force. Mangée de chaleur. Elle est presque braise, devenant baiser, nourriture pour celle qui se tient encore fière. Elle lèche, ondoie, glisse, savoure… proche, avide. Brûler l’un près de l’autre. La vie en flamme s’enflamme. Tu, toi, vous, chacun, et les autres aussi… me manquent.

Ne pas laisser le feu s’éteindre !

Sans ménagement

Déménager, sans ménagement, sans repaires, sans douceur.
Gestes répétés, de début et de fin, de nuit et de jour.
Blesser l’espace et le temps d’un nouveau changement.

Le corps accède le premier à ces lumières nouvelles.
L’esprit hante encore l’histoire passée. Errant la nuit.
Captant aigrement les signaux de repos.

L’hôte est furtif. Le geste mécanique. L’espace ouvert.
Entrer dans le labeur qui reconstruit, bâtit et renouvelle
Sueur du poids, mécanique du rythme, gestes mesurés.
Qui suis-je ? L’espace qui m’habite ou celui que j’habite ?

Le carton git en forme informe sur le sol.
Blessé de colle vieillie, de coups de ciseaux impatients.
Sans destin, impropre, hors d’usage.

Les mains poussiéreuses portent le cadre endormi.
Naissance hors du long sommeil
Les clous résonnent, le marteau s’agite, le voilà au mur.

Et le présent est à nouveau habité.

Danse avec lui

«  »Vous avez senti? Ces trois pas, aériens? Cet instant de félicité et de légèreté totale? »

« Trois pas ? Non, je ne sais… » »

Il y a des instants suspendus qui livrent leur richesse avec générosité. Des instants de grâce où rien n’est calculé, mais simplement offert à qui veut bien le cueillir. Don… don gratuit, de soi, d’un mot, d’un geste, d’une lumière, d’un regard.

La vie ressemble parfois à une mer démontée où les vagues se creusent à une telle profondeur qu’il n’y a plus ni distance, ni recul, ni ouverture. Au cœur de la tempête, soudain, une lumière, une accalmie, une couleur de l’eau qui invite à autre chose. Une justesse de l’instant dans ce qu’il y a de plus simple ou de plus vrai. Qui réveille envie ou rire, frisson ou douceur. Qui vous caresse intérieurement, fait résonner votre corps…

Un temps, une seconde ou plus, qui arrête le flux, calme le vent, intrigue. Pour donner un autre son, ouvrir une brèche, fendre les vagues qui cachent tout. Un temps qui devient espace, rétablit la distance, élargit le souffle.

Qui nous rend à nous-même, ravive ce qu’il a de plus intime, … respirer, entendre, goûter… vivre!

 

corps à corps

D’après la photo de Dominique André Woisard

Image

Une rondeur se dessine, 
Une glissade de la peau, 
Et le sein parle, 
La chemise lui ouvre la voie

Douceur onctueuse du corps
Clarté prudente de la nudité, 
Velouté offert de la peau, 
Qui es-tu, corps sans visage, désir sans nom ?

Une main s’avance, 
Un geste court, goûte et savoure l’instant.