Tout ça…

A la manière de Thomas Vinau

Qu’est-ce que j’en fais, moi, de tout ça ?

Du son du piano dès l’aube

Du linge qui sèche et qui embaume

Du coucher de soleil doré et chaud

De ton souffle dans l’ombre de la nuit

De ton doudou collé à ton petit poing serré

Du sanglot étouffé entrevu sur ton visage

Des mots envoyés que je voudrais rattraper

De ton départ sans retour

Du chat qui ronronne sur le radiateur

Qu’est-ce que j’en fais, moi, de tout ça ?

De l’âtre gorgée de braises

De l’aube qui apaise

Du citron qui détoxe

Des dés jetés sur la piste

Du bois qu’il faut fendre

De la terre qui est toujours trop basse

Des limaces, encore des limaces, encore

Qu’est-ce que j’en fais, moi, de tout ça ?

Du verre qui se fracasse à mes pieds

De ton soupir sourire complice

Du tissu déployé que l’on va couper

Des pieds, l’un après l’autre, en marche chaloupe

Du goutte-à-goutte de la perfusion

Du printemps qui revient toujours

Des mains nouées au rires

Qu’est-ce que j’en fais, moi, de tout ça ?