Vivre

Cette furie de vivre et d’exister,

Cette douleur enfouie dont on se punit.

Le corps dessine-t-il cette peine cachée

comme on porte le cri du silence ?

Le coffre doit s’ouvrir.

Le torrent balayer la boue.

Et si ce n’était la faute de personne ?

 

Une réflexion au sujet de « Vivre »

  1. Le sourire et le visage devant ton visage. Les bras peuvent emprisonnés parfois surtout quand la parole ne prolonge pas la promesse d’être.
    Merci beaucoup Brigitte pour ces éclats vivants

Répondre à Mailat Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s